Orchidectomie

Qu’est ce que l’orchidectomie ?

L’orchidectomie est l’amputation chirurgicale d’un ou des deux testicules. Cette opération n’est pas spécifique à la transidentité, et peut être pratiquée, par exemple, dans des cas de cancer du testicule.

Notez que plusieurs types d’opération existent, très souvent dépendante du praticien. Pensez à demander à votre chirurgien sa technique opératoire. Certains pratiquent une ablation du scrotum, ce qui est incompatible avec une vaginoplastie.

Conséquences

L’objectif d’une orchidectomie est d’enlever les deux testicules d’une femme trans. Cela peut être dû à plusieurs raisons, que ce soit médicale ou simplement parce que c’est le point de confort de la personne.

L’ablation des testicules arrête la production de testostérone et de sperme.

N’ayant plus de production de testostérone, après intervention, la personne trans devra prendre un traitement hormonal ou réadapter son traitement en cours.

Cette chirurgie ne modifie pas la capacité érectile ni éjaculatoire, et n’empêche pas d’avoir des orgasmes. il ne faut donc pas conseiller cette opération si la personne veut éviter l’érection et/ou l’éjaculation.

L’orchidectomie ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles.

Opération et convalescence

L’opération ne dure que 30mn en moyenne. La patiente peut rentrer chez elle le jour même. 10 jours sont nécessaires à la maison pour la convalescence, qui peut être un peu douloureuse. Jusqu’à 30 jours peuvent être nécessaires avant de pouvoir être de nouveau 100% opérationnelle.

Suite à l’opération, il faut compter un mois avant de reprendre des activités physiques et sportives.

Orchidectomie puis vaginoplastie

Certaines personnes trans souhaitent passer une ablation des testicules dans un premier temps, puis, plus tard réaliser une vaginoplastie. La raison peut être budgétaire, ou une question de timing (la vaginoplastie ayant un temps de convalescence beaucoup plus long).

Il n’y a aucune contre-indication concernant le fait de réaliser ces deux opérations l’une après l’autre tant qu’il n’y a pas d’ablation du scrotum. Ce qui laisse la porte ouverte à une vaginoplastie pour la patiente.

Cependant, pour maximiser le résultat d’une vaginoplastie, la méthode de l’orchidectomie par voie inguinale est recommandée. En effet, cette méthode consiste à passer par l’abdomen plutôt que la peau des testicules, et ainsi réduire les risques de cicatrices sur de la peau utilisable pour la construction du néo-vagin.

Ressources

Témoignages

Témoignage de Niléane :

Je me suis tournée vers le Dr. WILISCH, à Lyon.

  • Rendez vous sur Doctolib, 2 à 5 semaines d’attentes.
  • Couvert par les ALD, autant les consultations que l’opération.
  • Il demande qu’une recommandation du médecin qui suit le parcours de transition (généraliste, gynécologue, endocrinologue, psychiatre, etc)

Il m’a précisé qu’il a déjà eu des patientes qui ont reçu son orchidectomie et qui ont des refus de chirurgiens en France. Tous vraisemblablement affiliés à la Sofect. D’après Dr. WILISCH, c’est juste de la mauvaise foi et du bête refus de pratiquer la vaginoplastie sur les femmes trans hors protocole de la Sofect.

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Votre avis nous aide à améliorer le Wiki Trans

Comment améliorer cet article ?

Tout retour constructif est le bienvenu : des choses à corriger, des informations à ajouter, à préciser ? Votre aide est importante.