Quels pronoms utiliser pour une personne quand je ne suis pas sûr·e ?

Vous êtes en face d’une personne qui sort des normes classiques des genres homme/femme. Que la personne ait un physique androgyne ou avec des marqueurs masculins et féminins forts en même temps, il y a des astuces que l’on peut suivre pour utiliser les bons pronoms et ne pas blesser votre interlocuteur / interlocutrice.

Il s’agit d’une liste d’astuces qui peut vous donner des idées sur comment vous comporter dans ce genre de situation, mais n’oubliez pas que les clés d’une communication réussie sont l’écoute et la bienveillance.

Écouter la personne

Bien souvent, la personne va se genrer naturellement dans la conversation. Vous pouvez poser des questions pour la laisser parler.

Certaines personnes trans en revanche ont appris pendant plusieurs années à utiliser le moins de marqueurs de genre possible. Elles vont tourner leurs phrases de sorte à ce qu’elles n’aient pas besoin de prononcer des expressions genrées.

Dans ce cas, cela peut être une indication que cette personne a besoin de soutien et d’être assurée d’être en bonne compagnie, ou bien au contraire qu’elle ne peut pas utiliser les pronoms qu’elle souhaite à ce moment là, à cause de gens ou d’un environnement spécial. Prudence.

Demander à une connaissance commune

Vous pouvez aussi demander à une connaissance commune de la personne trans de vous indiquer son pronom. Solution très pratique en soirée avec beaucoup de gens.

Les pronoms sur les réseaux sociaux

Beaucoup de personnes trans (non-binaires ou pas) indiquent leurs pronoms dans le détail de leur profil sur Twitter ou Mastodon. Si vous connaissez le profil de votre interlocuteur, c’est une bonne façon de savoir quel pronom utiliser sans créer de gêne.

Il est particulièrement agréable pour les personnes non-binaires de se retrouver face à quelqu’un qui connaît ses pronoms, surtout quand il s’agit de pronoms peu communs (iel, al, etc.). Les personnes non-binaires ont très souvent leurs pronoms dans le détail de leur profil, alors n’hésitez pas à jeter un coup d’œil rapide quand c’est possible.

L’équivalent dans la vie de tout les jour serait le Pin’s avec noter des pronoms dessus. Dans ce cas, faites confiance au pin’s 😉

Ne pas utiliser de pronoms genrés

Lors de conversations courtes, si vous n’avez pas besoin de genrer votre interlocuteur, ne le faites pas. Si les personnes trans ont l’habitude de faire des pirouettes grammaticales pour éviter d’utiliser des formulations genrées quand elles parlent, vous en êtes capable aussi.

Ne pas se focaliser sur l’expression de genre

Il arrive souvent que les personne cherchant la bonne façon de genrer se lance alors dans une analyse minutieuse du physique de la personne (vêtements, accessoires, voix, taille, largeur des épaules, texture des cheveux, taille des pieds ect.)

Ce n’est pas une bonne idée, d’abord parce que cela n’est pas une science exacte et surtout parce que cela se voit et est assez déshumanisant.


Si la personne est effectivement transgenre, elle pourra percevoir comme un traitement différent de si elle avait été cisgenre.

Poser la question, une fausse bonne idée

Comme nous l’avons vu, si votre interlocuteurice ne vous donne aucun signe extérieur de ses pronoms et accords, que vous n’avez aucun moyen de les connaître, il y a peut être une raison à cela. Si certaines personnes trans n’attendent que ça et percevront la demande de façon positive, mais il ne faut pas oublier qu’elle pourra également être perçu de façon intrusive, ou comme une façon de verbaliser « j’ai remarqué que tu es ambigu-e dans ton expression de genre ». Ce qui peut être un point sensible chez les personnes ne souhaitant pas être perçues comme trans, c’est à dire avoir un cispassing.

Il ne faut pas non plus oublier que cette demande équivaut à un coming out forcé pour les personne utilisant des néopronoms (ex : iel, ael…), ou celles dont le genre n’est pas celui qui est perçu, quand bien même vous le demandez gentiment ou à tout le monde, même aux personnes cis dans un cadre d’un « tour de pronoms ». À l’école, en famille ou en entreprise, les personnes trans et/ou non-binaires doivent pouvoir choisir lorsqu’iels souhaitent parler de leur genre et de leurs pronoms. Cela leur appartient.

Si vous vous trompez, corrigez-vous

Il va vous arriver de vous tromper, une fois, plusieurs fois… C’est normal, et c’est pas grave tant que vous vous excusez à chaque fois. Vous pouvez redire votre phrase avec le bon pronom, en gage de bonne foi.

Après tout, il y aura toujours des frictions, mais l’important c’est de communiquer.

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Votre avis nous aide à améliorer le Wiki Trans

Le plus important : expliquez votre note !

Vos commentaires sont primordiaux pour améliorer nos articles. N'oubliez pas de laisser votre mail si vous souhaitez être recontacté-e !

Documentation

Quels pronoms utiliser pour une personne quand je ne suis pas sûr·e ?