Témoignage

M., personne non-binaire de 21 ans

Présentez-vous en quelques mots
J’ai maintenant 21 ans et je suis étudiant en art. Ça fait bientôt 5 ans que je n’habite plus chez mes parents
Racontez votre parcours jusqu’à comprendre que vous étiez trans. Comment l’avez-vous compris ?
J’ai eu la chance de grandir sans être forcé dans des rôles genrés, et jusqu’au collège je n’ai jamais trop questionné mon genre. Je n’étais pas au courant de l’existence de la transidentité, mais déjà à l’époque j’aimais me déguiser en personnages de tout les genres, et ça me faisait extrêmement plaisir d’être l’exception. Étant un enfant un peu étrange, je n’ai pas beaucoup interagit avec les gens de mon âge jusqu’au collège, ou j’ai commencé à me sentir très mal dans ma peau.

Je tentais de suivre la mode et de m’habiller pour plaire à mes camarades, mais je restais exclu. Je ne savais toujours pas ce que c’était d’être trans et à peine ce que c’était d’être gay, ce qui as marqué ma puberté, qui fut très confuse. Au lycée, j’ai commencé à assumer mon corps un peu plus et à me dégager du regard des autres. J’ai commencé à passer beaucoup de temps en ligne, ou j’ai découvert les identités LGBT.

Je n’étais que sorti avec une seule personne, un garçon plus vieux que moi, et suis tombé amoureux d’une fille de mon âge. Ceci m’as choqué à l’époque, et j’ai commencer à douter très fort de qui j’étais. Pendant les années d’après, j’ai oscillé entre plein d’identités. Je me croyais bi, plus lesbienne, terme que je détestait – mais être « butch » était le plus proche de ce que je ressentais, vouloir être ouvertement androgyne et rejeter les rôles genrés mais je n’aimais pas l’idée d’être une femme. Après quelques années, j’ai déménagé, j’ai rencontré des gens ouvert d’esprits, et je me suis rendu compte que j’étais non-binaire, tout simplement. Être un garçon ou une fille ne m’avait jamais enchanté…

Quelles ont été vos inquiétudes ? Comment les avez vous surmontées ?
J’ai toujours un peu peur du jugement des autres, j’ai l’air ouvertement androgyne et je sais que cela m’expose à la haine en publique, mais je n’ai jamais eu de problèmes… La dysphorie me touche des fois, rarement mais par vagues assez douloureuses. Mes amis m’aident grandement sans le savoir, je suis entourés de gens qui m’aiment et savent qui je suis sans juger de mon apparence. De plus, avoir l’air ouvertement trans est pour moi une force, quelque chose que j’aime brandir et montrer au monde, parce que j’adore croiser des gens inconnus visiblement androgynes, c’est quelque chose qui m’inspire et me rassure, et je veux faire de même autour de moi.

Les derniers obstacles qui me restent à franchir sont la transition médicale et ma famille. Pour ma transition, je fais doucement des recherches (merci WikiTrans!) et réfléchis au long terme. Pour ma famille, c’est plus dur. Pour être honnête, je ne compte pas faire mon coming out. Je sais leur hostilité envers les gens LGBT, et ils ne méritent pas mon honnêteté sur le sujet. J’aime qui je suis et eux non, je garde le profil bas et je vis ma vie sans leur joug. Il y a quelques années, je n’aurai jamais pensé pouvoir être aussi libre, mais depuis que j’ai déménagé, je suis ouvertement qui je veux être et je ne me suis jamais senti aussi bien.

Comment se sont déroulés vos coming-outs ? Si vous ne l’avez pas (encore) fait, pourquoi ?
Bizarrement, les coming outs, je les fais souvent parce que des gens autour de moi me demandent ce que je suis! Si c’est le cas, je réponds honnêtement. Être megenré démange mais ne me fait pas mal, le français n’ayant aucune manière confortable de parler de moi-même sans genre. Quand je parle de genre avec mes amis, je leur dit. Quand quelqu’un inconnu me confronte, je leur dit aussi. Mes limites sont ma famille, à laquelle je ne dis rien. À part mon frère et ma sœur, personne ne sait et ça me convient très bien, pour ma propre sécurité.

J’ai reçu des répliques qui font mal, comme des gens me disant « les gens trans je n’ai rien contre, sauf ceux qui s’inventent des genres entre homme et femme… » Mais elles sont rares. Certaines personnes ne comprennent pas toujours très bien mais la plupart ne disent rien en particulier et m’acceptent ! J’encourage ceux qui ont des amis ouverts d’esprit à leur en parler. Avoir des proches qui savent, tout simplement, ça change la vie.

Malgré cela ma famille me fait toujours peur. J’ai régulièrement des cauchemars ou mes parents découvrent ma transidentité, et vivre avec eux m’est très pénible.

Racontez quelles sont les personnes qui vous ont aidées durant votre transition.
Tout d’abords, des gens rencontrés en ligne. Ils m’ont ouvert les yeux sur la transidentité. J’ai aussi eu la chance de me lier d’amitié avec d’autres gens trans, en ligne et en vrai, souvent quelques pas plus loin que moi dans leur transition, et que j’ai vu trouver qui ils sont un peu avant moi, qui ont pu transitionner un peu avant moi… Maintenant que je suis en paix avec mon identité, mes amis m’aident tous les jours, car je suis entouré de gens qui savent et m’acceptent.
Racontez un moment très fort de votre transition
Je n’arrive pas à en choisir un, donc je nomine à chaque fois qu’un inconnu me regarde confus, et me sors « euh, monsieur, madame..? Je sais pas… » Je sais que certains le prennent mal mais ça me fait marrer à chaque fois et ça me fait réellement plaisir de savoir que les gens évitent de me genrer sans savoir.
Un conseil à donner pour une personne trans qui voudrait se lancer ?
Si tu veux être quelque chose d’autre, rien ne t’en empêche. Il n’y as que toi pour décider ça. Le genre, c’est personnel, ça peut prendre des années à se trouver, ça peut jamais se trouver. L’important c’est pas un terme pour son identité, c’est d’être heureux.

Témoignage rédigé dans le cadre d’une publication pour Wiki Trans. Toute copie est interdite. Merci de respecter ces témoignages.

Vous êtes à l’origine de ce témoignage ? Contacter-nous en précisant votre adresse e-mail.

D'autres témoignages...

Alexis, une femme trans de 26 ans

Présentez-vous en quelques mots Bonjour, Je m’appelle Alexis, j’ai 26 ans d’ici 2 mois et je suis une femme trans. Je suis élève-avocate, suite à

Charlie, personne agenre de 20 ans

J’ai 20 ans, je suis une personne agenre, bientôt en DUT info-com option métiers du livre, niveau transition, je ne sais pas trop quoi dire

Calixte, personne genderfluid de 16 ans

Je m’appelle Calixte (prénom d’usage), j’ai 16 ans, lycéen. Je suis une personne trans-genderfluid, cela signifie que mon genre varie, et j’utilise le pronom « il »,

Amélie, une femme trans de 29 ans

Présentez-vous en quelques mots Je m’appelle Amélie, j’ai 29 ans, j’habite à Paris, et je travaille dans l’informatique. Je suis à un an de traitement

Loukas, homme trans de 17 ans

Content-warning : automutilation J’ai 16 ans, bientôt 17 et je suis issu de famille musulmane, au départ, ma famille refusait d’entendre mes cris de douleur

M., personne non-binaire de 21 ans