Témoignage

M., femme trans de 32 ans

Présentez-vous en quelques mots.
J’ai 32 ans et j’habite dans l’ouest de la France.
Racontez votre parcours jusqu’à comprendre que vous étiez trans. Comment l’avez-vous compris ?
J’ai compris récemment (4 ans environ) que j’étais trans. Cependant, dès l’âge de 5 ans je ne me sentait pas comme les garçons de mon âge, quelque chose clochait. J’ai commencé à imaginer quelle serait ma vie si j’étais née fille.
À une période, je ne pouvais plus jouer avec les garçons (car je ne me retrouvais plus parmi eux) et mes amies filles m’ont rejetée en quelques mois (car je n’étais pas comme elles). Les années ont passé. J’ai passé une scolarité désagréable au possible mais sans problème de ce point de vue. À partir du lycée, j’ai commencé à m’intéresser aux filles de mon âge ; avec le recul c’est parce que je les enviais.J’ai fait de longues études derrière, dans lesquelles je me suis beaucoup investie. J’ai rencontré ma femme pendant ces études. Je ne me sentais pas toujours très bien dans mon corps. De plus en plus fréquemment, je me réfugiais dans mes pensées et je rêvais d’une vie dans laquelle je serais née femme. Je devenais un peu désagréable, peu patiente voire intolérante, introvertie, très cartésienne. L’image que je renvoyais n’était pas du tout en phase avec ma vraie personnalité. J’en étais arrivée à me dire que c’était un peu une vie pour rien, puis qu’une fois que je ne serais plus de ce monde, j’aurais une vie de femme.

En fait je ne me sentais pas bien dans mon corps (depuis toujours) mais c’est surtout via le bien-être que je ressentais en imaginant comment aurait dû être ma vie que j’ai fini par comprendre.

Suite à un reportage sur les personnes trans, j’ai dit à ma femme que je ne me sentais pas toujours bien dans mon corps. Elle ne m’a pas crue. Aussi incroyable que cela puisse paraître avec le recul, et ce même si j’avais compris ce que je vivais ce soir-là, je n’y ai plus pensé par la suite et j’ai continué à me focaliser sur les études et ma vie commune.

Après notre mariage, nous avons eu un adorable enfant. Peu après sa naissance, et probablement parce que j’ai eu du temps pour moi pour réfléchir, tout m’est revenu dans la figure. Cette fois j’avais mis les mots dessus et je ne pouvais plus me mentir. J’ai attendu un moment avant d’en parler à ma femme. Puis à des membres de ma famille et à un ami.

Quelles ont été vos inquiétudes ? Comment les avez vous surmontées ?
Je me suis sentie totalement bloquée une fois que j’ai eu compris. J’étais très heureuse d’avoir compris. Mais je me sentais complètement coincée. Je ne savais pas comment résoudre le problème. Dans une moindre mesure, je vis un peu la même chose encore aujourd’hui. J’ai ajouté petit à petit les accessoires féminins qui me plaisaient tant : vernis à ongles, des vêtements et chaussures « androgynes », du maquillage, puis des vêtements « féminins » (t-shirts, gilets…) . Je me laisse pousser les cheveux car j’aimerai une chevelure plus féminine. Je n’ai jamais eu peur de sortir ainsi, j’allais dès le début travailler ainsi. Je « noyais le poisson » lorsque des gens me posaient des questions trop personnelles.

J’ai fait un peu de suivi psy mais je ne pense pas que cela m’ait servi à grand-chose.

Mon problème aujourd’hui ce sont les hormones. J’aimerais en prendre mais ma femme n’est pas pour et de mon côté je suis partagée (j’ai peur même si j’en ai très envie). À voir dans les mois ou années qui arrivent.

Je n’ose pas encore sortir avec mes boucles d’oreilles à clip que j’aime tant. C’est bien le seul accessoire qui me fasse peur ainsi !

Comment se sont déroulés vos coming out ? Si vous ne lÀavez pas (encore) fait, pourquoi ?
Moi (en résumé) : J’aurai préféré naître fille.
Ma femme : C’est possible.
Ma mère : Cela ne me surprend pas.
Un ami proche ne m’a d’abord pas crue.
Mon frère m’a fait répéter plusieurs fois.

Dans ces cas là j’essaie d’imaginer comment aborder le sujet, et les questions-réponses. Et… ça ne s’est jamais passé ainsi. C’est difficile d’aborder le sujet je trouve. Je n’ai pas fait beaucoup d’annonces. Beaucoup de proches ne le savent pas mais j’habite loin d’eux et ils ne me voient pas dans la vie de tous les jours.
J’imagine que pas mal de gens se posent des questions à mon sujet mais tant que je n’ai pas de question directe je n’aborde pas le sujet.

Comment se passe votre transition ? Est-ce que ça valait le coup ? Est-ce le résultat auquel vous vous attendiez ?
Je ne sais pas encore jusqu’où je vais aller. Actuellement je serais vraiment vraiment vraiment incapable de revenir en arrière sur (le peu) que j’ai fait. C’est vraiment pour moi-même que je fais ça, pour m’apprécier quand je me regarde. Pour accepter de voir des photos de moi. Pour me sentir mieux quand je suis à l’extérieur (j’ai l’impression d’avoir une apparence plus conforme à ce que j’aurais voulu être). Je pense être nettement plus calme et plus patiente depuis.
Un conseil à donner pour une personne trans qui voudrait se lancer ?
Nous sommes tous et toutes et tous différent·e·s.
Je ne suis pas la mieux placée pour les conseils. Peut être 1) éviter de se prendre la tête avec les mauvaises personnes au sujet de la transidentité (les gens qui en pensent du mal, ou les gens qui estiment savoir mieux que vous-même ce que vous devriez faire de votre vie et de votre corps). 2) Y aller lentement sans se presser (vous avez toujours le temps).

Témoignage rédigé dans le cadre d’une publication pour Wiki Trans. Toute copie est interdite. Merci de respecter ces témoignages.

Vous êtes à l’origine de ce témoignage ? Contacter-nous en précisant votre adresse e-mail.

D'autres témoignages...

Alexandre, homme trans de 20 ans

Présentez-vous en quelques mots J’ai 20 ans, j’habite chez ma mère, je travaille depuis peu et je suis sous testostérone depuis un an Racontez votre

Louison, personne non binaire

J’ai 20 ans, je suis étuidant-e je galère à m’orienter, je vais sans doute faire un métier artistique ou culturel. Racontez votre parcours jusqu’à comprendre

Documentation

M., femme trans de 32 ans