Témoignage

Christine, femme trans de 60 ans

J’ai 60 ans, je suis à la retraite depuis un an, et j’ai décidé de commencer ma transition en novembre 2017.
Racontez votre parcours jusqu’à comprendre que vous étiez trans. Comment l’avez-vous compris ?
Je me suis rendue compte que je n’étais pas dans le bon genre, je pense, le plus loin dans mes souvenirs, vers 7 ans !

J’aimais déjà à l’époque (pour les plus anciens comme moi, nous avions des périodiques d’enfants notamment de Nicolas et Pimprenelle, avec des pré-découpages…) habiller Nicolas en Pimprenelle !

Et puis, après, j’étais souvent seule, chez moi, mes parents travaillant tous les deux et j’ai très vite, à l’adolescence, revêtu les robes de mes deux sœurs (en cachette bien sûr) pendant des heures, me mirant dans le miroir. À cette époque, je me suis demandée ce que j’avais, et surtout je pensais que je n’étais pas normale. Dès que j’ai eu mon permis de conduire et ma voiture, j’ai effectuée ma toute première sortie en vêtement de femme, au milieu de la campagne, mais personne ne m’a vue. À 19 ans j’ai quitté le domicile parental, commencé ma vie d’homme (obligée) service militaire, puis militaire de carrière.

Premier mariage, en 81, deux enfants et divorce en 91. Ma première femme était au courant de mon “ambiguïté”. Après ce divorce j’ai vécu 17 ans avec ma seconde femme, jusqu’à sa disparition en 2008. Elle n’a, par contre, jamais su. De fait, à cette date, j’ai décidé de me féminiser et d’avancer jusqu’à cette année 2017, où j’ai commencer ma transition.

Quelles ont été vos inquiétudes ? Comment les avez vous surmontées ?
Mes deux plus grandes inquiétudes, ont été :
1/ mon passing
2/ le coming outLe premier, avec le temps, j’ai réussi à l’obtenir. Mais cela m’a pris 10 ans ! Petit à petit, sortie après sortie et aidée d’une coach en maquillage.

Le deuxième, le plus difficile est le tout premier ! Ensuite la famille et les enfants, mais finalement comme je dis maintenant, c’est comme l’effet “kiss cool”, deux effets : le premier c’est la surprise et le deuxième, l’acceptation ou quelques fois, le rejet, il faut aussi le savoir.

Comment se sont déroulés vos coming-outs ? Si vous ne l’avez pas (encore) fait, pourquoi ?
Très bien, ou presque, mon fils m’a rejetée, ma fille adoptée! j’ai perdu 4 amis. Mais comme je dis, je m’en fou, car un moment dans sa vie, si l’on veut être bien, il faut aussi savoir être égoïste ! Et surtout si c’est au final pour rendre les autres heureux !
Racontez quelles sont les personnes qui vous ont aidées durant votre transition.
Très peu. Je me suis gérée seule !
Comment se passe votre transition ? Est-ce que ça valait le coup ? Est-ce le résultat auquel vous vous attendiez ?
Oui, c’est un immense bonheur, je suis enfin moi, tous les jours, même si je ne suis pas encore opérée.
Racontez un moment très fort de votre transition
Ma première sortie, lorsque de nuit j’ai croisé la première personne, en femme! Un grand coup au cœur et pourtant il ne m’a même pas regardée.

Ma première sortie, de jour, dans un grand centre commercial.

Et mon premier coming out, avec mon ami de 30 ans, qui n’était pas au courant et que je n’avais pas vu depuis 5 ans !

Un conseil à donner pour une personne trans qui voudrait se lancer ?
Y croire, car chaque jour est une bataille, ou presque, se faire ou essayer de se faire aider, maintenant il y a internet ! Moi je n’avais rien ! La certitude d’être du genre que l’on revendique est la meilleure motivation, ensuite le vivre au quotidien est un soulagement ! Pas besoin de se définir, question orientation sexuelle ! Je pense qu’il faut mettre cela de côté pendant sa transition. Cependant avoir déjà un compagnon ou une compagne qui soutien, c’est le “summum”.

J’espère avoir aidé !

Témoignage rédigé dans le cadre d’une publication pour Wiki Trans. Toute copie est interdite. Merci de respecter ces témoignages.

Vous êtes à l’origine de ce témoignage ? Contacter-nous en précisant votre adresse e-mail.