Témoignage

Météaude, une femme trans de 20 ans

Présentez-vous en quelques mots
Je suis étudiante en DUT a Toulouse et j’ai 20 ans. Atteinte d’un syndrome d’Asperger, il m’a toujours été compliqué d’exprimer mes sentiments, en tout cas à l’oral.
Racontez votre parcours jusqu’à comprendre que vous étiez trans. Comment l’avez-vous compris ?
J’ai commencé a douter de mon identité de genre durant l’adolescence… En vrai je ne me suis jamais posée la question avant l’âge de 13-14 ans, car j’avais une petite copine, mais en y repensant, déjà petite, j’étais parfois plus intéressée par les jeux des filles que ceux des garçons, enfin bref. Un peu solitaire, toujours première de la classe ou pas loin au collège ou au lycée, la situation a changé au moment où je suis entrée a la fac. Très vite mes notes ont dégringolé, j’ai décroché… Les deux dernières années ont pour moi été plutôt difficiles, et, en parallèle, c’est à ce moment-là que j’ai commencé à être obnubilée par mon orientation de genre. Avant, cela se limitait, parfois, à imaginer ma vie si j’étais née en tant que fille, mais depuis maintenant quelques mois, je pense de manière quasi continue que j’aimerais être une fille, pour de vrai, et cela me pose parfois des problèmes de concentration.
Côté familial, j’ai un petit frère, mon père et ma mère, à qui je n’ose, pour l’instant, pas dévoiler ces sentiments car j’ai peur de leurs réactions.
J’ai accepté que j’étais transgenre il y a deux mois maintenant.
Quelles ont été vos inquiétudes ? Comment les avez vous surmontées ?
J’ai encore énormément d’inquiétudes, et n’ai commencé à me lancer que la semaine dernière. J’ai malheureusement été victime à ce moment-là d’une sorte de crise de panique à la fin d’un cours, durant lequel j’étais obnubilée par la question de « comment annoncer ma transidentité ».
Ça a été pour moi le moment déclencheur, et j’ai profité de l’après-midi ce jour là pour me révéler a deux personnes : une amie Facebook qui avait fait son coming-out un peu plus tôt et à ma psychologue, qui me suit depuis mon enfance. Je sentais que je ne pouvais plus porter seule ce poids, sans subir des répercussions sur ma santé.
Le soir même, je me suis sentie en partie soulagée, même si beaucoup de choses restent encore à faire. Ces deux personnes m’ont d’ailleurs écoutée et soutenue.Si je devais donner un conseil aux personnes transgenre qui sont, comme dans mon cas, extrêmement stressées de dévoiler leur identité aux autres, c’est de ne pas attendre d’être dos au mur, comme moi, pour le faire. Pour celles et ceux qui ont un.e psy, allez le/la voir, car ces gens sont formé.e.s pour parler de ces problèmes et soumis.e.s au secret médical et professionnel. C’est une garantie de discrétion. Un.e ami.e proche de la communauté LGBT peut aussi être de bon conseil. Enfin, l’anonymat garanti par Internet permet de s’affirmer en tant que personne transgenre sans risque de choquer un ou une proche prématurément.
Comment se sont déroulés vos coming-outs ? Si vous ne l’avez pas (encore) fait, pourquoi ?
Je ne pense pas avoir encore fait de coming-out stricto sensu, car je n’ai pas encore, par exemple, demandé aux personnes à qui j’ai révélé ma transsexualité de me considérer comme une femme, et je pense que je vais patienter au moins jusqu’au mois de janvier 2020 pour l’annoncer a ma famille. En effet je dois passer les fêtes en famille et n’ai pas vraiment envie d’être au cœur des conversations durant toute la quinzaine, voire de gâcher la fête !
Je commence néanmoins a y réfléchir, ce qui génère un stress important, car j’ai peur des réactions des autres vis-à-vis de mon identité. Je vois donc ma psy sur une base plus régulière ces derniers temps, et traîne beaucoup sur des forums pour glaner des conseils sur le coming-out.
Racontez quelles sont les personnes qui vous ont aidées durant votre transition.
Comme je les ai déjà mentionnées plus haut, mon amie Facebook et ma psychologue m’ont aidée.
Mon amie Facebook en tant que première confidente et pour m’avoir conseillé d’en parler a ma psy, malgré mes craintes, et ma psy qui est d’un soutien important quand il s’agit de trouver des solutions pour réduire le stress et des conseils pour que tout se passe au mieux.
J’envisage aussi peut être d’en parler a un.e ou deux ami.e.s proches, mais je ne sais pas encore quand.
Comment se passe votre transition ? Est-ce que ça valait le coup ? Est-ce le résultat auquel vous vous attendiez ?
Étant donné que je n’ai pas encore débuté ma transition (à par m’être laissée pousser les cheveux, ce qui malheureusement me donne un air un peu plus masculin pour le moment 😂😭, et d’avoir récemment raccourci ma barbe), je n’ai pas réellement de choses à dire.
Racontez un moment très fort de votre transition
Pareil, pas grand chose à dire, pour le moment, mais je reviendrai peut être témoigner quand j’aurais commencé ou fini ma transition, qui sait ?
Un conseil à donner pour une personne trans qui voudrait se lancer ?
Déjà, en parler. A un.e psy ou a un.e ami.e concerné.e par la communauté LGBT peut être au début, puis de mûrir longuement la manière d’en parler aux proches, aux amis, puis au reste du monde.
Prenez votre temps, et restez à l’écoute de vos sentiments.

Témoignage rédigé dans le cadre d’une publication pour Wiki Trans. Toute copie est interdite. Merci de respecter ces témoignages.

Vous êtes à l’origine de ce témoignage ? Contacter-nous en précisant votre adresse e-mail.

D'autres témoignages...

Agathe, femme trans de 29 ans

Je suis Agathe, femme trans, designer. 29 ans, brune, cheveux bouclés indomptable dont la coiffure repose trop sur l’aléatoire. Content Warning : Suicide. (Note :

Amélie, une femme trans de 29 ans

Présentez-vous en quelques mots Je m’appelle Amélie, j’ai 29 ans, j’habite à Paris, et je travaille dans l’informatique. Je suis à un an de traitement

Luka, un homme trans de 27 ans

Présentez-vous en quelques mots J’ai 27 ans, je suis dans le milieu de l’écriture et du dessin. Je vis depuis quelques année maintenant avec mon

Christine, femme trans de 60 ans

J’ai 60 ans, je suis à la retraite depuis un an, et j’ai décidé de commencer ma transition en novembre 2017. Racontez votre parcours jusqu’à

Naomie, femme trans de 20 ans

Je m’appelle Naomie, j’ai 20 ans et je suis actuellement sous hormones depuis 6 mois a ce jour. Je suis out a tout le monde