Témoignage

Sally, femme trans de 31 ans

Votre situation

Je suis en début de transition

Présentez-vous en quelques mots

Sally, 31 ans, fonctionnaire d’état

Racontez votre parcours jusqu’à comprendre que vous étiez trans. Comment l’avez-vous compris ?

Ca va être chaotique, et peut-être bien avec pas mal d’effet barnum…

  • Quand dès ta puberté en fait tu n’es pas juste amoureuse des actrices, des personnages féminins; mais que tu veux être elles
  • Quand tu cherches le moindre prétexte pour te travestir, quitte à inventer des paris que tu vas perdre volontairement,
  • Quand t’as toujours été le mec, le seul, dans les groupes de filles, qu’elles te couvaient et te protégeaient; et que tu préférais rester avec…

Quelles ont été vos inquiétudes ? Comment les avez vous surmontées ?

Ce qui permet de tenir quand on est dans le placard avant de pouvoir se lancer, c’est pas de théoriser qu’on n’a pas besoin ou quoi.

J’ai vu ma transition un peu comme des cases à cocher, comme des étapes à passer.

  • Récupérer les adresses de psys et d’endocrinos: check
  • Se renseigner sur les hormones: check
  • Trouver son prénom: check
  • Obtenir l’attestation psy: check
  • etc.

Entre temps, ben chez moi, j’ai appris à me maquiller, à me préparer pour une fois la machine lancée, j’étais relativement prête.

Pour le maquillage, là je parle encore pour les femmes trans, un truc tout simple si vous osez pas aller en acheter de peur de vous cramer (mais que vous savez ce que vous voulez): Jouez voire surjouez le mec hétéro à qui on a demandé de faire une commission, bien con et bien buté, pointez vous avec votre liste et quand une vendeuse « ma copine m’a dit de prendre ça ».

Si vous ne savez pas ce que vous voulez précisément (genre vous ne connaissez pas votre teinte en fond de teint), une solution: apprendre un script par coeur et vous y tenir. « Oui bonjour, je cherche tel fond de teint, mais plutot adapté à ma carnation, vous me conseillez quoi ? » (Sachant que les vendeuses sephora, kiko, et cie ont l’habitude maintenant, de plus en plus de mecs cis se maquillent)

Commander des fringues en ligne ça peut aider (pas quotidiennement commander bien sûr)… Hm c’est bien pour ça…

Racontez quelles sont les personnes qui vous ont aidées durant votre transition.

Ma compagne d’abord. Mes collègues de promo du ministère ensuite. Et nombre d’amiEs, de pair.e.s qui m’ont donné accès à des ressources (médecins, hormones, conseils de maquillage…) pour savoir où aller quand je me lancerai enfin.

Comment se passe votre transition ? Est-ce que ça valait le coup ? Est-ce le résultat auquel vous vous attendiez ?

Ma transition se passe mieux qu’attendu. Je tiens à témoigner sur cet aspect là. Une transition ce n’est pas forcément la vallée des larmes au quotidien. J’ai eu mon changement de prénom en 3 jours. Au boulot ca se passe bien…

Racontez un moment très fort de votre transition

Avant de partir en vacances 10 jours, j’ai envoyé un mail au boulot, dans lequel j’expliquais ma transition, mon nouveau prénom…

Ils se sont appuyés sur les préconisations du défenseur des droits. A mon retour, mon nouveau prénom était sur la plaque de mon bureau, sur les différents organigrammes et documents officiels (liste des secouristes) ou moins officiels (planning café)…

Il a suffi que je dépose simplement un dossier de changement de prénom pour qu’avant même avoir la réponse de l’état-civil voir mon nom corriger sur l’adresse mail professionnelle, l’annuaire professionnel, l’organigramme…

Et surtout, le mieux c’était que… le jour de mon retour, on n’en a pas fait un évènement. Je n’étais pas une bête de foire, je n’étais pas au centre de l’attention, c’était juste un jour de boulot normal… Et bordel c’est super bien ça.

Un conseil à donner pour une personne trans qui voudrait se lancer ?

Le discours « on peut être trans sans avoir envie de transitionner », il se veut bienveillant mais il ne vous aidera jamais à aller bien, à aller mieux. Ce qui vous aidera à aller mieux, c’est transitionner.

C’est mettre en accord son apparence extérieure avec son identité choisie. Les hormones aident bien sûr, mais il y a pas que ça.

En transitionnant, en s’assumant on atteint vite une euphorie de genre, on se découvre à cispasser assez vite (même si on est toujours sûr.e d’être démasquable, et même si c’est toujours conditionnel le passing).

Ne flippez pas trop sur le passing, ne croyez pas qu’il soit inaccessible. Par exemple pour les personnes qui font des transitions MTF, n’oubliez pas qu’il y a des femmes grosses, des femmes poilues, des femmes qui n’ont pas les traits fins…

Tout est beaucoup dans la posture. Donne l’impression d’être assuré.e même si tu hurles dans ta tête et tout se passera bien. N’oubliez pas que ce sont les détails qui trahissent, ce qui dénote et font qu’on va commencer à te regarder, à te lire et à te démasquer.

J’ai une voix assez grave, je n’ai aucun passing au téléphone; mais au quotidien, j’ai mes sourcils affinés, j’ai des boucles d’oreilles, j’ai mon sac à main etc etc qui fait qu’instinctivement on me voit comme une femme qui « tiens elle a une voix grave » et on se pose pas de question.

Pareil pour mon fond de moustache et de barbe, il peut être visible si on se rapproche de près, mais on le regarde pas parce que j’envoie aussi suffisamment d’indicateurs avant…

Témoignage rédigé dans le cadre d’une publication pour Wiki Trans. Toute copie est interdite. Merci de respecter ces témoignages.

Vous êtes à l’origine de ce témoignage ? Contacter-nous en précisant votre adresse e-mail.