Témoignage

Benoist, homme trans de 26 ans

J’ai 26 ans, je viens de finir mes études et je suis né dans un famille d’ouvriers assez ouverte d’esprit et en tout cas ouverte à la discussion. Pour le moment je suis pré-transition pour des raisons financières premièrement et parce que je n’ai pas encore trouver de médecins à aller voir.
Racontez votre parcours jusqu’à comprendre que vous étiez trans. Comment l’avez-vous compris ?
Depuis tout petit je ne suis pas à l’aise avec mon corps. Tant que je n’avais pas de poitrine ça aller relativement, même si je n’ai jamais voulu mettre de robe et que j’avais des activités plutôt stéréotypées “garçon”. J’ai vraiment commencé à me ressentir étranger à mon corps avec la puberté, les hanches qui se développent, les menstruations, la poitrine. J’ai mis des années à me rendre compte que mon aversion pour mon corps n’était pas simplement dû au harcèlement scolaire que je subissais à l’époque. C’est finalement fin 2017, en parlant avec une amie trans dans ma promo que j’ai compris beaucoup de choses.
Quelles ont été vos inquiétudes ? Comment les avez vous surmontées ?
Ce qu’il faut savoir c’est que j’ai souvent eu les cheveux court. (Je suis passé par des trucs improbables niveau coupe) donc me couper les cheveux n’a pas vraiment choqué. De plus, j’ai toujours porté des vêtements masculin ou unisexe. Donc, à ce niveau, ça n’a pas trop changé.

J’ai surtout eu du mal à ne pas arrêter de me mettre du vernis noir sur les ongles (j’ai un look plutôt métalleux) parce que j’ai toujours adoré ça. Pareil pour les cheveux long. Mes cheveux sont une des seules chose de mon corps que j’aime. J’ai réussi à dépasser ce problème en me rappelant que d’avoir du vernis (noir en tout cas) et les cheveux long ne sont pas l’apanage des femmes. La preuve en est avec les membres des groupes de métal (exemple Sabaton ou Apocalyptica).

J’ai arrêté de vouloir me conformer à des stéréotypes et ça calme beaucoup de dysphorie. Pour ce qui est de la peur de me lancer, j’ai d’abord parler avec ma meilleure amie en qui j’ai une totale confiance. Puis ma sœur qui est du genre ultra ouverte d’esprit (un de nos cousin plus âgé est homosexuel et on a grandi en apprenant la tolérance) j’en ai ensuite parler avec la compagne de mon père qui m’a soutenue et m’a accompagné quand je l’ai annoncé au paternel.

J’ai donc tout simplement procédé par étapes en m’entourant de personnes de confiance avant de faire mon CO à toute ma famille.

Comment se sont déroulés vos coming-outs ? Si vous ne l’avez pas (encore) fait, pourquoi ?
Pour ma meilleure amie ça à duré 30 secondes au téléphone. C’était genre. “Salut, je voulais te dire, en fait je suis trans et je compte prendre des hormones.” Sa réponse “Ok mon choux je suis fière de toi, mec.”

Pour ma sœur, à peu près pareil. Elle a été surprise, mais au bout de 5min de conversation elle a décidé de piquer les fringues féminines. C’est elle qui m’a trouvé mon surnom (ce qui a conduit à mon prénom).

Pour mon père ça a été un peu plus compliqué. Il a mit quelques semaines à vraiment se faire à l’idée. Mais au bout de ce temps (même s’il a du mal à dire mon prénom encore aujourd’hui, il me genre correctement, sauf rares erreurs) il a fini par me donner des t-shirts, chemises et même boxers qu’il ne mettait plus.

Pour le reste de ma famille, les voyant moins souvent, ils ont encore du mal et hormis une tante et une grand-mère ayant des propos blessant dans l’ensemble ça se passe pas trop mal.

Pour ce qui est de mes amis, pour eux c’est parfaitement acquis.

Racontez quelles sont les personnes qui vous ont aidées durant votre transition.
La personne la plus importante pour moi. Bien que je n’ai pas commencé le traitement hormonal. (Cela passe déjà chez moi par le travestissement et une transition sociale) C’est ma meilleure amie. La meilleure chose qu’elle ait faite (parmi tout le soutien psychologique qu’elle m’apporte) a été de m’inviter à être son garçon d’honneur à son mariage et à me présenter comme UN ami et à reprendre en permanence quiconque me faisait la moindre remarque. Cela m’a aidé à tenir dans une période très difficile. Sans elle, je ne serais clairement plus de ce monde.

Témoignage rédigé dans le cadre d’une publication pour Wiki Trans. Toute copie est interdite. Merci de respecter ces témoignages.

Vous êtes à l’origine de ce témoignage ? Contacter-nous en précisant votre adresse e-mail.