Les anti-androgènes

Introduction

Pour qu’un THS puisse être efficace, en plus de prendre des œstrogènes, il faut impérativement bloquer l’action de la testostérone.

Pour cela, on va en général avoir recours à un anti-androgène qui va au choix soit bloquer les récepteurs androgéniques, soit supprimer la production de la testostérone directement à sa source. En savoir plus sur le fonctionnement d’un traitement hormonal.

Ces anti-androgènes sont à prendre jusqu’à la réalisation d’une orchidectomie ou de la vaginoplastie.

Produits

NomDescriptionRisque
Bicalutamide Bloqueur de testostérone très efficace Faible
Decapeptyl (GnRHA)Bloqueur de pubertéFaible
Estradiol à forte dose sans anti-androgèneFaible augmentation du risque de thrombose veineuse
😐 SpironolactoneDiurétique avec un effet anti-androgèneRisque d’hyperkaliémie (excès de potassium dont le risque est variable)
😐 Progestatifs (hors Androcur)Les anti-androgènes les plus couramment prescritRisque de dépression, de prolactinémie et d’insuffisance hépatique
FinastérideUtile contre la calvitieRisque de dépression et de problèmes neurologiques
DutasterideUtile contre la calvitieRisque de dépression et de problèmes neurologiques
AndrocurProgestatif officiellement déconseilléRisque de dépression, de méningiome et d’insuffisance hépatique
FlutamideMédicament obsolèteRisque important de défaillance hépatique

Méthodes

En pratique, pour bloquer la testostérone, on va avoir le choix entre 5 méthodes différentes :

Bloqueurs des récepteurs androgéniques

Il est possible pour certaines molécules de se lier à des récepteurs hormonaux, mais sans les activer. On peut les comparer à une sorte de clé cassée qui peut rentrer dans la serrure, mais pas ouvrir la porte, et qui empêche ensuite toute tentative d’ouverture.

Les bloqueurs permettent de prendre la place de la testostérone au sein des récepteurs androgéniques, mais sans les activer. De ce fait, ils ne baissent pas le taux de testostérone dans le sang, mais ils en bloquent ses effets. Il ne faut donc pas s’inquiéter si le taux de testostérone dans le sang peut rester élevé avec cette méthode.

Les inhibiteurs de la 5α (“5 alpha”) Réductase

Ces médicaments ont la particularité de ne pas bloquer la testostérone ni même d’en diminuer ses taux, mais juste d’empêcher sa conversion en DHT (dihydrotestosterone).

Pour cela, ils empêchent une réaction chimique dans le corps qui s’appelle la 5α réductase, d’où leur nom.

La DHT est considéré comme ayant un pouvoir androgénique environ 10 fois supérieur à la testostérone. Elle est surtout connue pour être impliquée dans les problèmes de chute de cheveux. 

Attention par contre, en pratique ces médicaments ne bloquent pas seulement la conversion de la testostérone en DHT, mais aussi plusieurs autres réactions chimiques, ce qui peut entraîner un certain nombre d’effets secondaires indésirables

Ces médicament vont en particulier perturber la synthèse de neurostéroïdes comme l’allopregnanolone et de 3α-androstanediol. C’est la principale raison pour laquelle ces médicament sont souvent associés à des problèmes comme anxiété, dépression, idées suicidaires, maladies neurologiques et perte de libido.

En théorie, ces médicaments sont avant tout adaptés pour les hommes qui ont des soucis de pertes de cheveux. Si vous avez une suppression efficace de la testostérone, vous ne devriez pas en avoir besoin.

Dans tous les cas, ce type de médicament ne peut pas suffire pour supprimer efficacement la testostérone, vous serez systématiquement obligée de l’associer à un autre type d’anti-androgène pour obtenir une bonne féminisation.

Les bloqueurs de puberté, ou GnRHa

  • Decapeptyl, Triptoréline, Goséréline, Buséréline, Leuproréline, Suprefact, Dégarélix

Les agonistes et antagonistes de la GnRH (aussi appelé GnRHa) sont en général beaucoup mieux connu du grand public sous le nom de bloqueurs de puberté car il s’agit des médicaments que l’on donne habituellement aux adolescents trans pour retarder leur puberté.

Ce qui est un peu moins connu, c’est que ces médicaments peuvent aussi servir aux adultes.
Avec la bicalutamide, ces traitements sont souvent considéré comme faisant partie des meilleurs anti-androgènes possibles pour un THS.

Fonctionnement

La production des hormones sexuelles est régulée par le corps via 2 autres hormones qui sont la LH et la FSH.

La production de la LH et la FSH est elle aussi contrôlée par une autre hormone qui s’appelle la GnRH. Elle est sécrétée de façon pulsatile par l’hypothalamus dans le cerveau, et c’est son rythme de sécrétion qui va contrôler les taux de LH et la FSH. En la contrôlant, on peut alors empêcher le corps de sécréter la LH et la FSH, et par conséquent bloquer la production des hormones au niveau des gonades.

Le principal problème de ces médicaments est qu’ils coûtent extrêmement cher, les rendant quasi impossible à obtenir sans remboursement, ALD, mutuelle ou assurance. 

La quasi-totalité des GnRHa se prennent par injections, traditionnellement tous les 1 ou 3 mois. Il existe aussi une version sous forme de spray nasal

Différence entre agonistes et antagonistes

En pratique, on a deux moyens de contrôler la GnRH :

La première, c’est de la bloquer. Plus de GnRH -> Plus de LH/FSH -> Plus de testostérone. C’est ce qu’on appelle un antagoniste de GnRH.

L’autre solution consiste à utiliser un agoniste afin de surcharger la GnRH jusqu’à la saturer. En faisant ça, on va provoquer un pic de LH/FSH, et par conséquent un pic de testostérone.

Or il s’agit d’une hormone qui fonctionne par pulsation. Ainsi, en la saturant, les pulsations disparaissent. Et après un pic de production d’hormones, le corps ne voyant plus aucune pulsation va naturellement couper la production de LH/FSH, et ainsi d’hormones sexuelles.

En pratique, ce pic d’hormones dure environ une semaine. Passé cette première semaine, les agonistes et antagonistes ont strictement les mêmes effets. 

En pratique, il est beaucoup plus courant de prescrire des agonistes que des antagonistes, pour des raisons de coût avant tout. 

Les progestatifs

😐 Progestatifs de synthèse (hors Androcur)
Androcur

Les progestatifs correspondent à une autre hormone sexuelle. Ils permettent de faire diminuer la production d’hormones sexuelles. Ils sont ainsi très souvent utilisés pour leur effet anti-androgénique. En savoir plus sur le fonctionnement des progestatifs

Le Wiki Trans ne s’engage pas sur les méthodes et produits présentés dans cet article. Notre site est rédigé par des bénévoles et ne remplacera jamais l’avis d’un professionnel de santé. Pour toute question ou remarque, contactez-nous.

Dossier THS féminisant – Version 1.2

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Votre avis nous aide à améliorer le Wiki Trans

Le plus important : expliquez votre note !

Vos commentaires sont primordiaux pour améliorer nos articles

Les anti-androgènes