Gels et patch d’œstrogènes

Cet article présente les spécificités de la prise d’œstrogènes par voie transdermale. Pour connaitre les effets globaux d’un THS, nous vous conseillons de lire cet article auparavant.

En bref

Les gels et les patchs d’estradiol sont la méthode d’administration la plus commune et accessible en France.

Du fait de leurs propriétés chimiques, les œstrogènes ont comme particularité de pouvoir être absorbés à travers la peau. Cette caractéristique a permis de développer une autre voie d’administration, différente des comprimés et tout aussi pratique : les patchs et le gel.

Il n’y a fondamentalement aucune différence entre gel et patch. C’est avant tout une histoire de préférence personnelle, selon que vous préfériez mettre un patch et l’oublier pour les jours qui suivent ; ou au contraire, si les patchs irrite votre peau, que vous préfériez appliquer du gel quotidiennement. Les taux obtenus seront à peu près aussi stables que vous utilisiez des patchs ou du gel.

En comparaison avec les comprimés, cette méthode a pour principaux avantages d’éviter le passage par le foie, évitant ainsi les risques associés pour la santé et de donner de meilleurs taux d’œstrogènes, sans qu’ils ne soient trop élevés non plus.

Cependant, le résultat est incroyablement variable selon les individus. Si votre peau absorbe mal les hormones, vous risquez de devoir utiliser de très fortes doses de gel ou de patch pour obtenir des taux suffisants. De plus, il semblerait que chez certaines personnes l’absorption du gel par la peau puisse perdre en efficacité après un certain temps.

Avantages :

  • Mode d’administration facile et accessible
  • Donne des niveaux d’hormones stables
  • Très peu de risque d’accident thromboembolique
  • Très économique (remboursé entièrement avec l’ALD)

Inconvénients :

  • Grande variabilité d’absorption selon les personnes, pouvant entraîner des taux trop faibles
  • Pour le gel : Besoin de faire attention à bien laisser sécher le gel
  • Pour les patchs : Peut irriter la peau.
  • Pour les patchs : Peut se décoller en cas de transpiration et/ou d’activité physique

Les patchs

Produits Vivelledot, Oesclim
Doses habituelles Entre 100 et 400 μg par jour.
Il existe différentes tailles de patchs avec des dosages différents de 25 à 100μg, qui peuvent se combiner pour obtenir le dosage souhaité.
Durée Les patchs peuvent être utilisés pendant plusieurs jours d’affilée avant de devoir être changés.
Prix5,86€ pour 8 patchs, soit 2.63€ avec remboursement de la sécurité sociale
Remboursé entièrement avec l’ALD
Taux sanguins à surveiller Estradiol, Testostérone, LH FSH

Les gels

Produits Estreva Œstrodose
Doses habituelles Entre 2mg et 6mg par jour
Réparti le matin et le soir
Prix4,35€ ou 4,66€, soit environ 2€ par tube avec remboursement de la sécurité sociale
Remboursé entièrement avec l’ALD
Taux sanguins à surveiller Estradiol, Testostérone, LH FSH

Posologie par gel

En France, il existe principalement deux produits : Estreva et Oestrodose. Ils ne font pas la même taille et ne délivrent pas la même quantité d’estradiol par pression. Reportez-vous à ce tableau pour faire la conversion dans le cas d’un changement de produit (ce qui peut arriver en cas de rupture de stock).

Produit Estradiol par pression Dose habituelle Contenance
Estreva 0,50mg / dose 2 à 12 pressions / jour 50g (100 pressions)
Œstrodose 0,75mg / dose 2 à 8 pressions / jour 80g (64 pressions)

Attention, ces dosages sont données uniquement à but indicatif. En pratique, les doses peuvent fortement varier selon chaque personne. Il sera nécessaire de se baser sur les résultats de vos prises de sang pour ajuster la dose.

Comment calculer une équivalence entre gel, patch et comprimés ?

En théorie, un patch qui délivre une dose de 50 μg par jour est censé avoir un effet à peu près équivalent à 2 mg d’estradiol par comprimé et environ 1.5 mg de gel (Plus d’informations ici)
Attention cependant, les taux ont tendance à énormément varier selon les gens. Ces chiffres sont donc uniquement à considérer comme informatifs. Une prise de sang reste nécessaire pour connaitre précisément ses taux d’hormones.

Conseils d’application

Il est conseillé d’appliquer le gel ou le patch :

  • Sur une peau propre. Soit vous l’appliquez à la sortie de la douche, soit vous nettoyez rapidement la zone avant.
  • Sur une zone sans poils, rasée ou épilée.
  • De préférence en haut de l’intérieur des cuisses.
  • Pas sur la poitrine ! Cela n’aide absolument pas à développer la poitrine, mais cela augmenterait les risques de cancer.

Enfin, éviter le plus possible les bras et surtout l’intérieur des bras afin de ne pas fausser les résultats des prises de sang. Il suffit que l’aiguille pique trop proche de la zone proche où le gel a été appliqué pour fausser les résultats. Et l’effet peut durer longtemps ! Même si vous avez été plusieurs jours sans en appliquer sur cette zone, cela peut encore fausser des prises de sang. Donc la méthode la plus simple est encore d’éviter cette zone, tout simplement.

Méthode scrotale

Il existe un mode d’administration “alternative” pour le transdermique. Depuis peu, on a découvert qu’il y a endroit du corps qui a une absorption bien meilleure que tous les autres : la peau du scrotum (c’est à dire la peau des testicules).

Grâce à sa vascularité, la peau du scrotum est connu pour bien mieux absorber les hormones stéroïdiennes.

Cette méthode a en particulier été étudié et utilisé pour soigner des hommes cis souffrant d’hypogonadisme en utilisant du gel ou des patchs de testostérone afin de leur apporter facilement des taux suffisants de testostérone.

Sources

Clin Pharmacol. 2010; 2: 149–153 :
« Due to the superficial vascularity of the scrotal skin, there is a 5-40 fold increase in steroid absorption when compared to other skin sites. »

J Clin Endocrinol Metab. 1996 May;81(5):1832-40 :
« the relative permeability at other application sites was greatest for the scrotum (42.0), increased for the back (1.7), reduced for the lateral ankle (0.42), and lowest for the sole of the foot (0.14). »

En 2005, une équipe de chercheurs Argentins a étudié l’efficacité de l’application de patch d’estradiol sur le scrotum pour des hommes atteints de cancer de la prostate.

Leur étude a permis de confirmer l’efficacité de cette méthode, offrant des taux d’œstradiol jusqu’à 6 fois supérieur en moyenne par rapport à l’avant bras, permettant de stopper la production de testostérone sans qu’il n’y ait besoin d’ajouter d’anti-androgène.

Sources

Re, I., Asenjo, G., Maximino, G., & Micheletti, L. (2005). Tratamiento del Cáncer de Próstata Avanzado con Estrógenos Transdérmicos Escrotales (ETE). [Transdermal Scrotal Estrogen Patches (TSEP) in the Treatment of Advanced Prostate Cancer.] Revista Argentina de, 70(4), 231 :

« Chez l’homme, l’absorption à travers la peau du scrotum est 3 à 8 fois plus importante que dans l’avant-bras, l’abdomen ou le dos et cela s’explique par le grand nombre de follicules pileux et sébacés, la perméabilité aux substances alcoolisées, le système vasculaire, la température et l’épaisseur de la peau » (traduit depuis l’espagnol)

Il reste cependant utile de rappeler qu’on ne connaît pas bien les effets sur le long terme de cette méthode.

Pour des raisons de prudence, un certain nombre de femmes trans préfèrent considérer cette méthode comme une solution temporaire de secours.

Quand cela est possible, la meilleure solution sur le long terme pour augmenter ses doses étant plutôt :

  • Soit d’augmenter les taux d’hormones via des patchs plus dosés et/ou plusieurs patchs en même temps ou en augmentant le nombre de doses du gel
  • Soit de passer à une autre méthode comme les comprimés ou les injections

Il est quand même à noter que dans leur étude, les chercheurs Argentins n’ont observé aucun effets négatifs, en dehors d’un risque de gynécomastie (pousse de la poitrine)

Avantages :

  • Permet facilement d’obtenir des taux d’hormones élevés pour les femmes trans qui ont des taux trop faibles
  • Permet en général de pouvoir se passer d’anti-androgène, la testostérone étant naturellement supprimé par les hauts taux d’œstrogène

Inconvénients :

  • Taux hormonaux moins stables au cours de la journée
  • Peu de connaissance sur les effets à long terme

Le Wiki Trans ne s’engage pas sur les méthodes et produits présentés dans cet article. Notre site est rédigé par des bénévoles et ne remplacera jamais l’avis d’un professionnel de santé. Pour toute question ou remarque, contactez-nous.

Dossier THS féminisant – Version 1.2

Est-ce que cet article vous a été utile ?

Votre avis nous aide à améliorer le Wiki Trans

Pourquoi cette note ?

Des choses à corriger, des informations à ajouter, à préciser ? Nous lisons tous vos commentaires

Gels et patch d’œstrogènes